Accueil Littéraire(s) Éditorial libre – À la vitrine du libraire rebelle

Éditorial libre – À la vitrine du libraire rebelle

226
0

Les pages dites « littéraires » de R.B.L pourraient constituer une revue à l’écart des modes, volages par définition. Un magazine insolite, souvent volontairement insolent, donc pourfendeur de valeurs bourgeoises établies, prend ses marques et ses parti-pris. Comme le philosophe François Jullien dans son livre Si près, tout autre (Grasset, 18 €) qui vient de paraître, nous cherchons l’écart juste nous permettant de « penser l’autre » en tension, « au creux du jouir », comme dirait je ne sais quel Lacan new-look ! Il n’empêche : ce François Jullien, remarquable professeur d’aujourd’hui, helléniste et sinologue, a beau être l’un des penseurs contemporains les plus traduits dans le monde, son langage rejoint un peu trop souvent le charabia « analytico-universitaire » le plus élitiste, en vérité !

Dans la vitrine du libraire, nous lui préférons l’« abracadabrantesque » revue SOUFFLES n° 258-259 qui est toute entière consacrée à feu Joseph Delteil (25 €), un immortel rebelle celui-là, qui est reconnu et célébré ici par de grands noms des Arts
et des Lettres de ce siècle comme Michel Onfray, Christian Bobin, ou même par notre ami le poète Bernard Jakobiak qui voit en l’auteur de Jeanne d’Arc un nouveau Saint François d’Assise « post-surréaliste » pour notre temps malade… Nous voulons saluer aussi, toujours chez Grasset, le plaidoyer sincère, intelligent et habile de Marc-Olivier Fogiel, qui défend la GPA (Gestation Pour Autrui) au nom de sa propre famille (Qu’est-ce qu’elle a ma famille ?, 19 €). Fogiel est à la Une de Paris-Match et de notre petit écran, avec son « mari » François et ses deux petites filles Mila et Lily… Voilà qui devrait donner la migraine aux nouveaux psychanalystes, européens ou non, qui ne jurent que par le complexe d’Œdipe et l’anima face à l’animus sur la route de la jouissance. D’autant que ladite famille est fort sympathique et témoigne de l’amour paternel éternel. Il nous plaît également de conseiller Sécurité maximale, le miroir déformant de Paul Malo (Atelier de création libertaire, 14 €), un témoignage émouvant et violent sur les prisons américaines à travers une galerie de portraits de codétenus par un prisonnier qui purgera 13 ans et demi de prison avant sa libération. La parole est libre, d’une extrême sensibilité, en effet, et oscille entre révolte et culpabilité. Que Radio-Libertaire défende une telle somme n’étonnera personne et, même si elle ne paraît pas sous le label d’une prestigieuse maison d’édition, diffusée avec efficacité, la signaler dans l’enthousiasme nous semble lui rendre une élémentaire justice. Voilà qui oblige.
Terminons notre tour d’horizon chez Robert Laffont, en signalant Les lettres de prison de Nelson Mandela (23 €). Ces missives inédites (au nombre de 255 !) dressent un portrait exceptionnel de ce héros de la liberté « qui a refusé tout compromis sur ses valeurs » jusqu’au bout. C’est un document d’archives offert aux historiens de la lutte contre l’apartheid d’Afrique du Sud, un écho de première main de 27 ans de prison, une somme qui peut être un peu rébarbative parfois, mais mérite notre chapeau bas !
En ces temps de fin d’année, les Grands Prix se multiplient et incitent à découvrir de nouveau romanciers soporifiques à la pelle. Osons plutôt l’impertinence !

Jean-Luc Maxence

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.