Quand le diable sortit de la salle de bain

quand-le-diable-sortit-de-la-salle-de-bainsIl me tardait de trouver un vrai, un bon roman sur la précarité, sans trop de pathos, un roman qui traiterait de notre époque, dans laquelle les moins de trente-cinq ans sont voués à eux-mêmes, un roman qui aurait une portée onirique, je me demandais qui relèverait le défi, qui avait suffisamment lu Ask the dust de John Fante, La Faim de Knut Hamsun et Dans la dèche à Paris et à Londres de George Orwell pour pouvoir nous pondre un récit qui nous entraînerait non seulement dans le réel, en nous racontant une histoire dans laquelle le héros ou l’héroïne subirait les affres du quotidien, du chômage, d’une mentalité non bourgeoise qui serait la sienne, se confronterait sans arrêt aux petites humiliations subies par les pauvres, en permanence parqués dans leur solitude, aux jugements familiaux, mais aussi dans une dimension onirique, j’attendais un roman qui nous sorte de notre quotidien tout en nous y ramenant, j’attendais un roman qui soit véritablement novateur, qui contienne un peu de cette modernité qu’on trouve dans certains films, j’attendais un roman joyeusement bordélique, complètement foutraque, truffé de petites pépites, j’attendais d’être surpris, choqué parfois, ému souvent, de ressentir les imperfections d’un texte comme des éléments disparates d’un visage qui feraient partie d’un tout, et qu’on ne nommerait plus des imperfections mais des aspérités nécessaires pour donner de la couleur aux mots, je me lamentais parce qu’un roman (contemporain) ne m’avait plus séduit depuis la radicalité dégagée par  Histoire de la violence  d’Édouard Louis, et ça fait un bail, alors je me rabattais sur des essais, sur d’autres types de lectures, et puis j’écrivais mes propres textes, évidemment, mais rien ne vaut un bon roman, on s’y plonge, on en ressort un peu changé, la littérature a cet effet-là sur les consciences, elle modifie notre perception, mais en douceur, on revient à un livre longtemps après, et on n’est plus le même, et quand un roman est bon et nous touche, ce qui devient de plus en plus rare, on est à la fois triste et heureux que ça se termine, et c’est ce que Sophie Divry a réussi à faire dans son texte.

Quand le diable sortit de la salle de bain, Sophie Divry, Éditions Noir sur Blanc, collection Notabilia, 18 euros

Sorti en 2015

Christophe Diard

L’incendie de la maison de George Orwell

0

Andrew Ervin

Quand j’ai achevé la lecture de « 1984 », j’ai tout de suite compris que rien ne serait jamais plus comme avant. Au sortir de l’adolescence, ce roman si contemporain m’a ouvert les yeux sur tout un pan du monde matériel et des idées, qui avait jusque là échappé à mon regard.

Ray Welter, personnage principal du roman d’Andrew Ervin, a lui aussi vu sa vie changer après avoir lu « 1984 » de George Orwell. Après la lecture de ce chef d’œuvre de la littérature du XXe siècle, il décide de devenir publicitaire et tente d’appliquer avec une curiosité presque innocente les principes de manipulation des masses  utilisés dans le monde totalitaire de Big Brother.

Le succès est tel que, si sa situation matérielle est révolutionnée, son équilibre intérieur s’effondre. Il décide alors de tout quitter pour rallier l’île de Jura à quelques encablures des côtes écossaises et de s’établir, pour un temps, dans la maison où George Orwell a écrit « 1984 » comme si ce lieu recelait les réponses à son mal être.

La fuite est au cœur de cette histoire, fuir la modernité pour retrouver un mode de vie ancestral, fuir la culpabilité pour un lieu vierge de tout péché, fuir la famille pour devenir qui on est. Dans la quête du sens de son existence, Ray Welter côtoiera sur cette île presque coupée du monde des personnages rudes, parfois attachants, tiraillés entre la préservation de leur tradition et l’acceptation de l’influence du monde extérieur.

En aidant Molly une jeune artiste  provocatrice piégée à Jura, il tentera avec force whisky de se purger de ses fautes et de son obsession pour « 1984 », qui pèse d’un poids trop lourd sur son existence.

« L’incendie de la maison de George Orwell » est un bon roman, qui donne à réfléchir sur nos choix de vie et les conséquences de nos actes. À lire également si vous êtes intrigués par la vie en vase clos, sur l’île ancestrale de Jura…

Fanny Durousseau

L’incendie de la maison de George Orwell, d’Andrew Ervin (Éditions Joëlle Losfeld, janvier 2016) 22€

Condor Live : le spectacle

Caryl Férey - © Photo Alice Varenne
Caryl Férey – © Photo Alice Varenne

Un spectacle se doit de nous transporter dans un ailleurs, dans un autre espace temps. Le temps de la représentation, le spectateur doit pouvoir oublier ses soucis ; de travail, de logement, d’un lendemain qui déchante…

Il doit aussi, le temps d’une soirée, pouvoir réfléchir, ouvrir des portes sur le monde, grâce à ce qu’il verra sur la scène. Et ressentir des émotions, passer un moment unique, souvent un « one shot » sans bis repetita précis.

Rien de moins que cela.

Ils sont peu, les spectacles qui permettent cette dérive, ce voyage. Cette intemporalité.

Souvent, il manque cette dimension artistique aux tentatives de révolution.

Caryl Férey aime le voyage, l’intemporalité et cette dérive. Il a écrit Condor, un beau livre noir ( oui, un livre peut être beau et sombre ) avec pour toile de fond le Chili et ses démons : Pinochet, puis son héritage politique.

La narration est également centrée sur l’histoire d’amour entre Gabriela, jeune femme habitée par la mystique de son peuple, et Esteban, issu d’une famille riche, qui porte comme un fardeau le fait d’être issu certes d’une famille aisée, mais controversée.

L’adaptation musicale à laquelle « Rebelle(s) » a pu assister porte sur un roman dans le roman, un moyen pour l’auteur de faire revivre au travers de la littérature deux victimes de la dictature qui avaient touché son âme.

Que dire alors de l’interprétation de Bertrand Cantat, à la lecture et au chant ? Accompagné par deux formidables musiciens, Manusound, et Marc Sens à la guitare, l’ex chanteur du groupe Noir Désir nous livre ici une prestation électrique, semblant totalement possédé par le texte, à la limite du chamanisme, entrant dans une transe communicative. Rien ne compte plus que la scène, et ce qu’il s’y passe. Ce ne sont que sensations. Perceptions. Le chant utilisé ici comme courroie de transmission, vecteur d’émotions.

On ne ressort pas de ce spectacle indemne, et cette représentation à la Maison de la Poésie de Paris est appelée à se répéter, ici ou ailleurs, dans les mois à venir.

 

            Christophe Diard et Fanny Durousseau

 

Hiram, Dark Vador & Rebelle(s) Mag – Vidéo Interview

0

Une courte interview de Jean-Luc Maxence par Jacques Carletto où il est question de l’ouvrage “Imaginaire et psychanalyse des légendes maçonniques” co-écrit avec Frédéric Vincent, et du magazine Rebelle(s).

 

 

« La Renverse », lecture musicale par Olivier Adam et Florent Marchet

Olivier Adam © photo : David Ignaszewski pour Flammarion
Olivier Adam © photo : David Ignaszewski pour Flammarion
Florent Marchet ©photo : D.R
Florent Marchet ©photo : D.R

Un spectacle proposé à la Maison de la Poésie de Paris.

Une rencontre détermine toujours le cours des choses. Si l’Homme est seul, il a toujours besoin des autres. C’est un paradoxe, ainsi qu’une lapalissade : si d’un côté, pour s’affirmer, devenir lui-même, l’être humain a besoin de sa solitude, sans les rencontres, sans les échanges avec d’autres semblables, il ne serait rien.

La théorie vaut pour un Big Bang comme pour un rendez-vous entre deux êtres. Entre ces deux êtres, les univers souvent s’évitent, parfois se côtoient, et plus rarement, fusionnent.

Entre Olivier Adam, l’écrivain, et Florent Marchet, le chanteur, l’histoire date d’il y a plusieurs années déjà. C’est le premier qui a découvert les albums du second, et les écoutait en  boucle, pendant qu’il écrivait. Des points communs assez évidents réunissent leurs deux univers : un côté torturé, une sensibilité et une fragilité à fleur de peau, et puis des thèmes qui reviennent inlassablement, la perte, l’absence, la famille…

Puis ils se rencontrèrent, et Florent Marchet apprécia autant les œuvres d’Olivier Adam que l’inverse.

Sur scène, à la Maison de la Poésie, les deux artistes aux faux airs de frères proposent ensemble un spectacle… Renversant.

S’agissant de choisir des extraits significatifs du dernier roman d’Olivier Adam, « La Renverse », et de les accompagner en musique, les chansons de Florent Marchet s’imposent d’elles-mêmes. Personne d’autre n’aurait été plus naturel que lui pour accompagner Olivier Adam dans sa lecture. On assiste à un véritable numéro d’homme orchestre de la part du chanteur, jonglant entre sons électroniques, clavier, guitare…

Les mots d’Olivier Adam n’en trouvent que plus d’écho dans la nuit. Exprimant  la trame principale de son roman, l’histoire d’Antoine, dont la famille explose après un scandale politico-sexuel, et de sa fuite, il nous embarqua dans son univers.

À la fin, l’espace de quelques instants, les rôles s’inversèrent ; Florent Marchet lut, et Olivier Adam chanta.

« Rebelle(s) » en fut ému. En espérant très bientôt une nouvelle représentation de ce spectacle fort et mélancolique…

                                                                                                                  Christophe Diard