La liberté, c’est quoi?

0

La liberté est toujours un état d’esprit, un état d’intériorité de la personne, un concept que je ne saurais écrire n’étant pas journaliste au départ. Je sais mieux dire qu’énoncer. La liberté est gratuite, totalement, ce qui la situe très loin de toute forme de communautarisme (cf. mon article précédent in R.B.L n° 13)., de racisme, d’antisémitisme, de sectarisme, de toute notion de propriété privée. La liberté se gagne jour après jour. Elle est un regard de lucidité à apprendre face aux âmes individuelles. Elle ne s’entête pas sur les formes, les limites, les particularités des uns, des unes et des autres. Elle se fait peu évidente, à force de vivoter plutôt que vivre. Elle est quête permanente d’une certaine harmonie qui libère de l’oxymore du bien face au mal. C’est un travail d’élaboration de toute une vie. Et on ne s’en approche vraiment qu’à un certain âge, du moins j’aime le croire afin de me rassurer quant au chemin encore à accomplir !

J’aime penser que, plus le temps passe, l’Esprit, en nous, ne cesse de grandir, de se développer. Le prix de la liberté n’a pas de prix. La liberté de la transcendance habite peut-être dans certains regards d’enfants. Les mots « ouverture », « largeur » sont des amis du mot Liberté. En religion, ceux et celles qui pensent que la Vérité ne concerne qu’un seul même Livre sacré pataugent dans l’erreur et le repli identitaire.

S’il fallait conclure – mais n’est-ce pas le contraire de la liberté ? Une contrainte qui la tue ? – je dirai que seule la vraie liberté, le contraire de l’emprisonnement d’un corps ou d’une idée ou d’une prière, est le résultat d’une individuation réussie, dans le sens jungien du terme individuation ». Apprendre à se détacher des apparences de la vie quotidienne, du clivage des communautarismes peureux, des instincts de rejet de l’étranger de soi, est une école de vie. Quand je dépasse tout ce qui m’incite à me recroqueviller sur mes réflexes d’égoïsme, quand je me libère des réponses toutes faites de mon environnement spirituel de proximité, de « ma maison proche » dirait peut-être le pape François, pour m’élargir le cœur, accepter mon corps, m’élargir le regard, vers notre « maison commune » (notre planète riche de tant d’êtres humains à aimer), j’apprends à être libre du dedans.

Ainsi, pratiquant mon métier de serveur dans un restaurant persan à Paris, j’ai peu à peu appris à aimer mes collèges nés au Shri Lanka, j’ai appris au surplus à apprécier mes camarades arabes, j’ai appris la liberté d’aimer et d’aider par-delà les différences de traditions, par-delà l’amour de la patrie, et je me suis comme « élargi » à la dimension de l’amour véritable. C’est un peu tout cela être un « éternel apprenti » de la liberté, et recevoir ladite Liberté comme un cadeau, comme du pain. Je n’ai peut-être pas à ma disposition la panoplie des mots pour le dire. Je suis dans un élan, dans une énergie, dans un désir de vivre large, plus large encore, avec le cœur, avec tout moi, mon cœur, mon corps et ma faim de spiritualité C’est peut-être cela ma démarche folle d’épouser la liberté en dernière instance.

Michaël Lévy-Bencheton

La fin du monde, c’est quand ?

Extrait du Rebelle(s) numéro 10, septembre/octobre 2017

L’idée même de fin du monde a toujours hanté les habitants de notre planète, depuis les temps les plus reculés de l’espèce humaine, semble-t-il. En ce début de vingt-et-unième siècle, les bientôt 10 milliards d’êtres humains (la fourmilière est prévue pour 2050 !) font figure d’ultimes habitants d’une immense Atlantide aux bords de l’anéantissement gigantesque. L’autodestruction du genre humain est comme programmée depuis de longue date. Les prophètes de malheur habitent chez nous. Rien ne va plus et la roulette du futur tourne à toute vitesse annonçant des catastrophes écologiques, des tremblements de terre et des famines, des glaciations maudites et des désertifications méritant le même adjectif ! Et les oiseaux de Satan tournent comme des charognes au-dessus de ce qui n’est, chantent-ils, que le châtiment divin et final de nos égoïsmes…

Et si la vraie « fin des haricots » de l’ère du Verseau était ailleurs ? Si la bonne date, toujours remise à demain, était aujourd’hui ? S’il importait peu que le terme annoncé du Verseau se situe « aux alentours de l’an 2000 » selon la formule tant de fois utilisée ! Si l’on devait finir par avouer que le cauchemar absolu, avec ses mythes, ses salauds et ses héros, habitait en nos âmes perdues dès notre naissance ? S’il fallait dépasser, voir oublier ici, les avis hallucinés d’Helena Blavatsky, la théosophe allumée, laquelle situait la fin du monde en 1911, d’Edgar Cayse, de Dane Rudhyar, de Carl Gustav Jung même, sans oublier les oracles noirs de Nostradamus ou des Adventistes du septième jour, ou encore les hippies de ma jeunesse qui célébraient, notamment dans Hair, l’ouverture, l’écoute, le rock’n’roll, la drogue, le « Faites l’amour, pas la guerre ! » et la culture psychédélique pour tous.

S’il fallait dépasser toutes les transes de l’Apocalypse et les signaux des soucoupes volantes (ovni) comme les menaces de collision des comètes pour comprendre quelque chose à cette Sainte Trouille gigantesque que nous interrogeons à R.B.L ? Si la fin du monde n’était, au fond, qu’une ancestrale névrose planétaire, ontologique de quelque manière ?

Et l’Apocalypse de Saint Jean ?

Bien sûr, il y a aussi les textes sacrés. En premier lieu la « révélation » (apocalypsis en grec) faite à Jean qui nous révèle le scénario de la fin du monde quand adviendront l’ouverture des tombeaux, la résurrection des morts et le Jugement dernier. Selon les dernières nouvelles des historiens, le texte de Jean aurait été écrit vers 96 après Jésus-Christ. Et si l’on en croit les traditions, et les textes sacrés, Jean aurait eut sa vision à Patmos.

En fait, les visions prophétiques de Jean complètent celles des prophètes Daniel et Ézéchiel de l’Ancien Testament. Et l’Apocalypse est le résultat d’une extase eschatologique de Jean qui entendit derrière lui une voix clamer, ainsi qu’une trompette : « Ta vision, écris-la dans un livre pour l’envoyer aux 7 Églises, à Éphèse, Smyrne, Pergame, Thyatire, Sardes, Philadelphie, et Laodicée » Ladite apocalypse commence par l’apparition de 7 candélabres d’or entourant comme un Fils d’homme, revêtu d’une longue robe serrée à la taille par une ceinture en or. Cet homme a des cheveux blancs, ses pieds sont « pareils à de l’airain précieux », sa voix fait songer au « mugissement des grandes eaux ». Dans sa main droite, il y a 7 étoiles, et de sa bouche sort une épée effilée à double tranchant, son visage est comme le soleil brillant de tout son éclat. Et Jean tombe aux pieds de ce tableau, comme mort, mais le personnage merveilleux lui dit : « Ne crains rien, c’est moi, le Premier et le Dernier, le Vivant ; j’ai été mort, et me voici vivant pour les siècles des siècles, détenant la clef de la Mort et de l’Hadès. ».

Plus avant dans le texte suivent des visions prophétiques qui constituent en somme les préliminaires du « grand jour » de Dieu, selon l’expression proposée par la première édition de la Bible oecuménique. Dieu remet à l’Agneau les destinées du monde, L’Agneau brise les sept sceaux. C’est l’annonce que les serviteurs de Dieu seront préservés, puis celle du triomphe des élus au ciel, puis un silence solennel suivant l’ouverture du septième sceau, puis les prières des Saints hâtant l’avènement du Grand Jour. Tout tremble, à grands coups de tonnerre, de voix et d’éclairs. Les 7 Anges aux 7 trompettes sonnent… La première entraîne la consumation d’un tiers de la terre, la deuxième annonce qu’un tiers de la mer devient du sang, la troisième se fait entendre quand tombe du ciel un « grand astre », tel un globe de feu. Au son de la quatrième, le jour perd le tiers de sa clarté, et la nuit de même. Et les visions de Jean s’enchaînent aux sons des dernières trompettes des Anges : à la cinquième un astre tombe sur la terre, provoquant une immense fournaise, à la sixième apparaissent 200 millions de cavaliers effrayants, et menaçants. C’est le signe de l’imminence du châtiment final. Et le son de la septième trompette est semblable au rugissement final du lion quand est consommé le Mystère de Dieu. Toute une cavalcade d’épisodes se suivent et s’entremêlent.

Jean, par exemple, prend « le petit livre ouvert dans la main de l’Ange », et il l’avale. Dans sa bouche, il y a la douceur du miel, mais quand il a mangé l’Apocalypse, ses entrailles sont brûlantes d’amertume. Durant la séquence annoncée par la septième trompette, vingt-quatre vieillards vêtus de robes blanches, assis devant Dieu, se prosternent. On note aussi la vision de la Femme enceinte aux douze étoiles couronnant sa tête et du Dragon à sept têtes et dix cornes qui la combat et veut dévorer son enfant aussitôt né. Mais la Femme met au monde un enfant mâle qui « doit mener toutes les nations avec un sceptre de fer » (sic). Une certitude : le courroux divin règne pêle-mêle dans l’apocalypse de Jean. Notamment, quand le Dragon transmet son pouvoir à la Bête et que le faux prophète se met au service de ce dernier. Et la Bête a son chiffre symbolique à jamais : c’est le fameux 666 qui fait trembler aujourd’hui encore…

D’un cauchemar à l’autre

Et tout cela s’élargit en une succession de fléaux descendant sur la Terre (cataclysmes, bêtes monstrueuses et faux prophètes), Le tableau géant est vraiment cauchemardesque même si le Verbe de dieu finit par vaincre. Jean ne cesse de nous le faire comprendre : « le temps est proche ».

Avant de châtier Babylone pour l’éternité, Dieu va envoyer chez les impies des séries de fléaux dignes des antiques plaies d’Égypte. Voilà bel et bien l’annonce des temps messianiques, le châtiment de Babylone et celui de Rome sont imminents. La Prostituée est en larmes, l’extermination des nations païennes s’accomplit, les armées du Ciel triomphent. Jean voit un Ange descendre des nuées, tenant à la main la clef de l’Abîme, ainsi qu’une énorme chaîne. Et l’Ange du ciel maîtrise le Dragon, l’antique Serpent qui symbolise Satan, et l’enchaîne pour mille années… Après ce répit, Satan, relâché de sa geôle, s’en va séduire les nations des quatre coins de la planète (Gog et Magog). Le second combat eschatologique est livré et Satan, le séducteur diabolique, jeté dans un étang de soufre embrasé, y retrouvant la Bête et le faux prophète, « et leur supplice durera jour et nuit, pour les siècles des siècles ». Le temps est accompli du Jugement des Nations, triomphe la Jérusalem future, « un ciel nouveau, une terre nouvelle » s’impose. La Jérusalem messianique est victorieuse et préfigure la Jérusalem céleste et l’épilogue de l’Apocalypse de Jean : « Moi, Jésus, j’ai envoyé mon Ange publier ses révélations concernant les Églises. Je suis le rejeton de la race de David, l’Étoile radieuse du matin ».

Quoi qu’il en soit, l’homme de désir reçoit l’eau de la vie, gratuitement. En vérité, l’Apocalypse de Jean affirme que le retour du Seigneur est proche, pour les siècles des siècles, Dans un style hautement symbolique, elle récapitule l’état des lieux, évoque la confrontation éternelle qui oppose avec une violence inouïe Satan et les puissances ténébreuses du monde et le peuple de Dieu. Elle ne cesse de nous rappeler, au-delà des tribulations décrites, que le vaste combat entre Ombre et Lumière doit ne jamais nous faire oublier l’espérance de la Jérusalem céleste. Dans cet esprit, l’Apocalypse de Jean est à lire, à relire, de bout en bout. Elle est toujours connectée au présent, à l’ici et au maintenant de l’aujourd’hui de l’humanité.

Jean n’est pas le seul

Mais Jean n’est pas le seul à bénéficier de révélations. Le chapitre treize de l’Évangile selon Marc décrit une autre sorte d’apocalypse menaçante qui nous annonce « des guerres et des bruits de guerre » et nous évoque des soulèvements dramatiques de nation contre nation. Elle nous précipite dans « l’abomination de la désolation établie là où elle ne doit pas l’être » et le tout à l’avenant ! Et si l’on est en mal de tremblements de terre et d’horreurs à proclamer ou à amalgamer, on peut aussi se plonger sans discernement dans les apocalypses gnostiques, relire la Pistis Sophia, se perdre dans l’Apocalypse de Pierre ou dans les livres d’Énoch, apprendre par coeur les « écrits apocryphes chrétiens » publiés récemment par « La Pléiade »… Dès lors, on le devine, on le pressent : la fin du monde, c’est peut-être de tout temps. Elle n’a pas besoin de montres à solliciter. Alors, tout bascule. Et il suffit d’analyser un peu notre bel aujourd’hui pour tout comprendre. L’Apocalypse est un mouvement perpétuel, à géométrie variable. C’est la raison pour laquelle nous devons changer notre manière de la voir afin de l’analyser. Changer de lunettes pour en parler ?

Jean-Luc Maxence

Éric Roux, un ministre du culte s’explique

Interview exclusive extraite du Rebelle(s) numéro 4 « Debout les nouvelles religions ! » Mai-Juin 2016

MLB : Bonjour Éric, peux-tu te présenter brièvement pour nos lecteurs stp ? 

ER : Bonjour Michael, brièvement… Je suis un homme sympathique, qui gagne à être connu. Et sinon je suis le Président de l’Union des Églises de Scientologie de France, moi-même ministre du Culte de l’Église de Scientologie et appartenant à son clergé depuis presque 25 ans.

MLB : Je t’interroge aujourd’hui au sujet de ton appartenance à l’église de Scientologie. Si j’ose exprimer en une phrase le judaïsme : Écoute Israël (le peuple), Celui qui n’a pas de Nom est pour Tous, Celui qui n’a pas de Nom est UN…. Et que j’ose encore exprimer le Christianisme en citant Jésus : « Aimez-vous les uns les autres ! », pourrais-tu nous exprimer, à ton tour et en quelques phrases, le principe fondamental qui anime et célèbre votre religion ?

ER : Il serait très difficile et présomptueux de vouloir résumer une philosophie religieuse développée dans des centaines de milliers de pages en une ou deux phrases. Mais je peux te citer le fondateur de la Scientologie, qui en 1964 disait : « La Scientologie contient les réponses concernant la vie et la mort, et elle est fière d’apporter exactement ce qu’elle promet à tous ceux qui désirent suivre cette voie correctement » et en 1965 : « Existe-t-il des états plus élevés et plus heureux ? Ceux-ci sont tout l’horizon de la scientologie et ce qu’elle a réalisé. Nous ne cherchons pas à faire du fou un être sain d’esprit. Nous cherchons à faire d’un homme un être plus noble. (…) Dès que l’on a commencé à monter, on n’a plus envie d’arrêter. Le parfum de la liberté et son indiscutable réalité, après tout ce temps, sont trop forts. » La Scientologie est une voie vers la liberté personnelle et spirituelle, et cette liberté est divine, et mène à la compréhension bienveillante, de soi, de l’autre, et de l’univers qui nous entoure.

MLB : Qui ou qu’est ce qui t’a « séduit », intéressé, dans cette religion ?

ER : Son côté « pratique », le fait qu’elle contient des techniques simples, claires et efficaces pour progresser sur cette voie, et qu’elle peut être utilisée pour améliorer sa vie et la vie de ceux qui comptent pour nous.

MLB : Qui est LRH ?

ER : Un homme ; un philosophe, et pour moi c’est un génie, qui a dédié sa vie à apporter à l’homme une religion qui peut l’aider à retrouver ses aptitudes, sa liberté et sa bonté fondamentale.

MLB : En ce sens, peut-il et doit-il être considéré comme un prophète ?

ER : Tu fais comme tu veux Michaël J. Certains l’ont fait, comme le Professeur Laburthe-Tolra, professeur émérite et doyen à la Sorbonne. Mais LRH n’a jamais prétendu en être un.

MLB : La Scientologie s’oppose-t-elle, d’une façon ou d’une autre, aux préceptes et aux valeurs des autres religions monothéistes ?

ER : En aucune manière. Bien sûr, cela pourrait être discuté point par point et valeur par valeur. Mais je ne vois aucune opposition de valeurs entre la scientologie et les religions monothéistes.

MLB : En quoi la Scientologie peut-elle être considérée comme nouvelle religion en comparaison à ses prédécesseurs ?

ER : La Scientologie est une religion qui, bien qu’elle ait des accointances avec les religions orientales, se suffit à elle-même et ne « descend » pas d’une autre religion. Elle n’est pas un « courant » d’une foi antérieure. Après, à chacun de répondre à cette question, mais personnellement je pourrais y répondre si tu as trois jours à passer avec moi…

MLB : Qu’apporte-t-elle de plus à celui qui la vit et la pratique, que ce que proposent déjà l’Islam, le Bouddhisme, le Judaïsme… pratiqués avec justesse ? 

ER : Une technologie. Elle possède un vaste ensemble de connaissances pratiques qui permettent de réellement comprendre l’homme, l’esprit et le monde avec justesse, et de répondre aux préoccupations des hommes et des femmes avec des outils simples et efficaces qui permettent de changer ta vie. Elle est d’après moi une science religieuse, avec le mot science utilisé dans son acception « ensemble, système de connaissances sur une matière ». Et ici, la matière, c’est la vie.

MLB : La Scientologie expose dans ses principes fondamentaux, que la vie fait l’objet d’impulsions que vous appelez dynamiques. Elles seraient au nombre de 7, plutôt de 8 pour être exact et c’est sur ce point que j’attire ton attention. Comme des cercles concentriques, autant de différentes dimensions, l’homme vit, survit et avance pour les dépasser et rejoindre le 8, celui de l’infini et de l’Être Suprême. Vous l’appelez aussi la dynamique de Dieu, or tu me disais que très peu d’écrits existent à ce sujet (Dieu/Être Suprême). Est-ce une volonté de LRH qui n’aurait pas pu et voulu écrire sur l’Impénétrable, l’Incommensurable, l’Indéfinissable Être Suprême ?

ER : La vision de LRH était surtout qu’il appartient à chacun de découvrir Dieu par lui-même. Et que le meilleur moyen pour renouer avec sa propre nature divine était de soi-même progresser spirituellement jusqu’au point où la compréhension qu’on a de la vie englobe celle de Dieu.

MLB : Le numéro 3 de RBL étant hors circuit, et la foire aux cons étant terminée, peux-tu nous dire de quel point de vue doit-on se placer pour accuser la Scientologie de dérives sectaires ?

ER : Je ne sais pas ce qu’est une dérive sectaire. Le mot « secte » est employé pour jeter l’opprobre sur des mouvements dont certains aimeraient se débarrasser. Ce n’est ni nouveau, ni intelligent. La Scientologie est une religion jeune et enthousiaste. Et pourtant il y a certainement beaucoup moins de dérives en Scientologie qu’il y en a dans les partis politiques, dans les banques, dans les entreprises ou dans des religions plus anciennes. Quoi qu’il en soit, si des erreurs sont commises en Scientologie, nous travaillons toujours très dur pour y remédier. Mais dans l’ensemble je suis très fier de notre enthousiasme et de l’honnêteté générale qui règne dans les Églises de Scientologie.

MLB : Quelle est l’opinion de la Scientologie sur les autres religions ?

ER : Un grand respect. Nous sommes très attachés à la liberté de croyance et de religion. La religion touche ce que l’homme a de plus précieux : son esprit, sa relation avec une ou des forces supérieures, son espoir de liberté spirituelle. Quelle qu’elle soit, elle doit être respectée et le droit de chacun à croire et pratiquer ce qu’il veut doit être défendu.

MLB : Comme tu le sais, il est malheureusement plus facile de lire des informations diffamatoires au sujet de votre religion que le contraire. Sans vouloir les relayer, que peux-tu nous dire au sujet des « punitions » infligées à ceux qui désobéissent ou qui cumulent des erreurs de parcours. Est-ce une réalité, ou bien encore du caviar avarié pour paparazzi en quête de gros billets ? 

ER : Tu as répondu toi-même à la question. Il y a certes, comme dans toutes les religions, une discipline nécessaire. Et dans les ordres religieux de la scientologie, ceux qui ne peuvent suivre cette discipline auront du mal… Une très faible minorité d’entre eux quittent ces ordres religieux et une minorité encore plus faible en gardent un souvenir amer. Ce sont ceux que les journalistes aiment entendre. En ce qui me concerne, appartenir au clergé de la Scientologie et tenter d’incarner ses valeurs, même et surtout en respectant nos codes de discipline, a toujours été source de bonheur et de fierté. Mais la Scientologie reste un mouvement de liberté, et la discipline n’est là que pour permettre une meilleure entente, un meilleur service pour l’humanité.

Interview de Michaël Lévy-Bencheton

Les nouvelles religions, ça énerve !

Article paru dans le Rebelle(s) numéro 4 de mai/juin 2016

Les nouvelles religions, ça a toujours eu le don d’énerver. Une religion, ça commence toujours par être nouveau avant d’être ancien. Faut bien commencer un jour. Lorsqu’un nazaréen déboule dans Jérusalem comme un réformateur qui promet une liaison directe avec Dieu le Père sans passer par le rabbin, on a vite fait de le clouer en croix et de vouer ses disciples aux gémonies. Puis plus tard les adeptes de cette « secte juive », pour Rome, sont soumis aux lions et à la torture publique. Ne pensez pas qu’ils étaient les premiers. À titre d’exemple, les disciples de Pythagore organisés en une confrérie religieuse portée sur les sciences se sont fait massacrer et ont vu leurs maisons brûlées, parce qu’ils étaient une secte trop bizarre, même pour les grecs… Dire que nos chères têtes blondes aujourd’hui doivent aduler le théorème d’un grand guru en chef d’une secte considérée comme dangereuse et subversive, guru auquel on attribuait des pouvoirs extraordinaires, la connaissance de toutes ses vies antérieures, le don de guérison par la musique et j’en passe ! Le Mani des manichéens s’est vu coupé en deux et sa tête clouée aux portes de la ville, Mahomet chassé de la Mecque et attaqué sans relâche pendant des dizaines d’année, les Sikhs persécutés pendant des siècles par les Moghols… Bref, les nouvelles religions, ça énerve.

Peut-on évoluer ?

Aujourd’hui, se créent encore de nouvelles religions. Et heureusement. L’aspiration au divin, à la connaissance du fondement de la vie, de la création, n’est pas une scorie des civilisations passées, mais plutôt une impulsion intrinsèque de l’esprit humain, qu’il soit d’hier, d’aujourd’hui ou de demain. Certes, les religions des hommes ne reflètent pas toujours cette vision bienveillante de la recherche du divin, voire font la démonstration du contraire. Mais tout coller sur les dos des religions, c’est facile, et c’est surtout très fallacieux. Les idéologies politiques ont fait aussi leur mal, et ce sont les défauts des hommes plus que les qualités des dieux qui se reflètent dans les entreprises malveillantes des premiers, l’avidité, la soif de pouvoir et la jalousie n’étant pas des moindres. Alors ne doit-on pas laisser leur chance aux nouvelles religions d’aujourd’hui, quand on a vu que celles d’hier ont été rejetées violemment au prix de nombreux morts pour la foi (mais par persécution bien avant que ce soit par esprit de croisade) ? Ne peut-on imaginer un autre mode d’acceptation d’une religion nouvelle, en évitant par exemple de crucifier ses disciples avant qu’elle ne devienne une belle et respectable croyance ? Si nous sautions l’étape « faisons brûler cette secte de malheur » pour passer tout de suite à une relation normale de respect et de tolérance à l’égard des croyants d’un genre nouveau ? Qui sait, peut-être les religions qui naissent ont elles des qualités que n’avaient pas celles d’antan. Et si ce n’est pas le cas, peut-être que le respect que nous leur porterons quand même, leur évitera de finalement prendre le visage de l’oppresseur à leur tour quand le moment de leur gloire sera venu, s’il vient un jour.

Ces nouveaux « mouvements religieux »

Les voici les nouveaux « effrayants » : les témoins de Jéhovah, les mormons, les scientologues, les adeptes de la Science Chrétienne, les moonistes de l’Église de l’Unification, les théosophes, etc. Que n’ont-ils pas qu’avaient les religions d’antan ? Honnêtement, je ne sais pas. Quand on voit que Charles Taze Russel, le fondateur des Témoins de Jéhovah a écrit plus de 5000 pages imprimées, qu’il a prononcé plus de 30 000 sermons publiés dans plus de 4 000 revues, on se doit de prendre au sérieux son influence, et de ne pas considérer tous ses suivants comme des illuminés au bas QI, quoi qu’on pense de son millénarisme. Quand on sait que Ron Hubbard, le père de la scientologie, a écrit plusieurs centaines de milliers de pages pour développer une philosophie religieuse que des millions de gens ont aujourd’hui adoptée, seulement 30 ans après sa mort, on devrait peut-être réfléchir avant de considérer tout scientologue comme un idiot manipulé ou un génie manipulateur (selon sa place dans son Église). Le temps nous dira sûrement ce qu’il adviendra de ces religions, si elles rejoindront les tiroirs des universités comme nombre de leurs ancêtres dans les méandres de l’histoire, ou si elles atteindront une apogée, un succès, une gloire à l’instar de quelques unes des religions passées qui continuent à influencer aujourd’hui le coeur et l’esprit des hommes et femmes de la terre. En attendant, rien ne sert de répéter les erreurs du passé, rien ne sert de crucifier, de brûler ou d’exorciser leurs fidèles. Ils ne sont certainement ni plus bêtes ni moins intelligents que nous.

Au feu les sectes !

Ma bienveillance à leur égard n’est peut-être que la réaction pacifiste et provocatrice à la haine qui anime certains dès qu’il s’agit de nouvelles religions. L’écrivain Roger Ikor, fondateur du Centre Contre les Manipulation Mentales, grand pourfendeur des sectes de tous poils, s’était exprimé comme suit en 1981 : « Il faut cogner, détruire ces sectes qui pullulent sur notre pourriture. Quand suffisamment de gens iront mettre les locaux des sectes à sac, ils (les pouvoirs publics) remueront sans doute ». Nous voici revenus chez les massacreurs anti-Pythagore de la Grèce antique. Au diable la raison, la secte est mauvaise par essence, et ce mal absolu justifie qu’on ne soit pas trop regardant sur les moyens. Les moyens d’ailleurs, ce n’est pas ce qui a semblé manquer à nos voisins belges pour tenter une crucifixion en règles des scientologues de Bruxelles.

Au feu les scientologues !

Cette affaire belge est un cas d’école. En rendant sa décision le 11 mars 2016, le tribunal bruxellois a choisi de jeter au feu le procureur, les policiers et même la sûreté de l’État plutôt que les scientologues. Pourquoi une telle colère à l’égard de ces loyaux serviteurs de l’État ? Parce que justement, au lieu de servir l’État, ils auraient plutôt dérapé dans une sorte de justice parallèle, inutile et surtout infondée. L’auraient-il fait pendant quelques mois, peut-être le tribunal aurait été plus clément. Mais 18 années d’enquête à la charge du contribuable, pour livrer « en vrac » d’après les juges, un dossier qui finalement montre « qu’en réalité, ce qui a été visé, ce ne sont pas tellement les comportements infractionnels individuels de chacun des prévenus, mais que de manière générale ce qui semble poser problème à la partie poursuivante, c’est l’idéologie ou la philosophie constituée par l’enseignement de Monsieur Ron Hubbard au travers de la scientologie », disent les juges avant d’acquitter l’Église de Scientologie belge et les 12 scientologues. C’était la goutte d’eau qui faisait déborder le réservoir ! Comble du comble, c’était la cellule « sectes » de la brigade anti-terroriste de Belgique qui avait mené l’enquête pendant 18 ans, avec l’aide de la Sûreté de l’État (les services secrets belges), tandis qu’à deux pas de là, à Molenbeek ou à Schaerbeek, les terroristes se la coulaient douce ou presque, avec les résultats que l’on sait. Et le policier antiterroriste en chef de cette cellule anti-secte, l’OPJ Lesciauskas, passait toutes ses journées dans la salle d’audience pendant le procès qui dura d’octobre à décembre 2015, tandis que les attentats du 13 novembre allaient avoir lieu, puis avaient lieu, puis avaient eu lieu. Pour ceux qui se sont demandés « mais que fait la police ? », la question est réglée !

Un combat vain et consumant

Joseph Smith, le fondateur du mormonisme, fut assassiné en 1844 par des émeutiers persuadés que les mormons étaient des « diables infernaux », 6 ans après que le gouverneur du Missouri a publié « l’ordre d’extermination des mormons » qui justifia des années de persécution de ces derniers. Durant le xixe siècle, combien de fonds dépensés, combien de soldats mobilisés et combien de temps perdu pour lutter contre l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours (Église mormone) ? Et pour quel résultat ? Aux États-Unis, les mormons ont finalement crée quasiment un État à eux, l’Utah. Et il s’en fallut de peu pour qu’en 2012, la plus grande puissance mondiale ait à sa tête un président mormon en la personne de Mitt Romney. Le combat contre les nouvelles religions est le plus souvent un combat vain, consumant et inutile. Plus que les querelles de clocher et les opinions des uns et des autres sur tel ou tel mouvement, ce qui est le plus choquant n’est-il pas le gâchis des énergies, le saccage des bonnes volontés et la perte de chance qu’entraîne le rejet de toute religion nouvelle ? Pour chaque religion rejetée ce sont des milliers ou des millions de citoyens qui se sentent exclus, au moins en partie, du jeu sociétal. A-t-on tant que ça les moyens de perdre ces forces vives ? Et si eux aussi, avaient quelque chose à nous apporter ? Je sais, les nouvelles religions, ça a toujours eu le don d’énerver.

Tout savoir sur la scientologie – Eric Roux

0

Tout savoir sur la scientologie, par Eric Roux – Editions Pierre-Guillaume de Roux, parution février 2018, 180 pages, 19,90 euros
Si vous ne connaissez rien à la scientologie, à part que Tom Cruise et John Travolta s’en réclament, ce petit livre vous sera utile. Je l’ai pour ma part lu avec curiosité. On peut aussi bien se penser agnostique et s’intéresser aux activités de ses contemporains, entre autres leurs croyances et leurs pratiques. Le fait religieux ne peut laisser indifférent.

Paru dans la collection Mystères & religions aux éditions Pierre Guillaume de Roux, Tout savoir sur la scientologie n’est pas polémique. L’ouvrage a en effet été écrit par Eric Roux qui est lui-même un évêque de la scientologie, un membre du clergé de cette église. Il nous présente l’histoire de cette religion récente, apparue en 1953 aux États-Unis, et double ce rappel d’un éclairage de l’intérieur sur la doctrine, l’organisation et le fonctionnement du culte. Ce n’est pas qu’un simple plaidoyer pro domo. Ou alors on reconnaîtra que le plaidoyer en question est bien fait, car point trop démonstratif, prosélyte ou prêchi-prêcha. Il n’y aurait pas que les jésuites pour être subtils.

Le premier soin de l’auteur est d’argumenter en faveur de la reconnaissance du caractère religieux de la scientologie. Le but assumé est de tenter de faire le sort des débats, nombreux et vifs particulièrement en France, tendant à lui dénier son statut de religion. La rhétorique est convaincante. De la recherche du bien être en passant par le développement de la conscience, le fondateur Ron Hubbard est arrivé à un dévoilement spirituel et à une métaphysique de l’homme impliquant à l’évidence une mise en pratique de principes dans la vie quotidienne. Nous apprenons que la scientologie n’est pas une religion révélée. Elle ne préexistait pas. En effet, Ron Hubbard l’a développé avec le temps, au fur et à mesure de ses découvertes. Incluant des réminiscences du christianisme et dessinant des idées et pratiques communes avec le bouddhisme, la religion scientologue peut apparaître de prime abord comme un syncrétisme. On laissera le lecteur le soin de se faire sa propre opinion et de se renseigner plus avant. Malgré son titre, le livre d’Eric Roux ne prétend pas faire le tour d’une spiritualité qui en à peine plus d’un demi-siècle a attiré des millions d’individus de par le monde et dont l’audience ne cesse de croître.

On ne peut s’empêcher de constater que cette nouvelle religion fut inventée – c’est encore le mot le plus synthétique qui vienne à l’esprit – aux États-Unis d’Amérique. Est-ce un hasard si elle apparut au mitan du 20ème siècle, au moment même où cette jeune nation établit sa domination culturelle, économique et politique sur le monde ancien ? Est-ce un hasard dans ce pays des Pilgrim Fathers, de la Bible Belt, dont les billets de banque portent la mention imprimée « In God we trust » ? C’est aussi le pays qui bien que riche et puissant, possédant tout et dominant tous, était encore dépourvu de ce que les autres civilisations avaient produit en quantité depuis des millénaires : des prophètes. Il manquait donc cela au pays de la religiosité, où ce n’est pas ce qu’on croit qui importe mais le fait de croire. Vu la dominance mondiale exercée tant par le « hard-power » que par le « soft-power » étasuniens, même s’il arrive à cette dominance d’avoir du plomb dans l’aile, on peut prédire sans être prophète que la scientologie a de beaux jours devant elle. Pour le reste ce n’est pas la séduction du dogme qui fait la différence, mais la qualité des hommes. Rendez-vous dans deux mille ans. On pourra alors faire les comptes.

Eric Desordre