Le Mag

Accueil Le Mag

Décès d’un de nos collaborateurs : Claude-Henri Rocquet

0
© gepetto58 - Wikimedia Commons
© gepetto58 – Wikimedia Commons

Il tenait une chronique régulière à Rebelle(s) Magazine, baptisée la boîte à clous, ce depuis le numéro 2.

Sa disparition soudaine nous a touché profondément. Son livre sur Goya, paru en 2008 chez Buchet-Chastel était un chef d’œuvre d’érudition et de passion.

Écrivain, poète, dramaturge, il fut l’auteur d’une trentaine d’ouvrages, a été l’interlocuteur et l’ami de Mircea Eliade et de Lanza del Vasto.

Sa foi chrétienne ajoutait encore à sa largeur d’esprit naturelle, il s’engagea avec enthousiasme dans l’aventure de Rebelle(s) Magazine et nous le connaissions depuis de nombreuses années… Au-delà des mots, il nous plait de saluer ici l’Homme et son œuvre, avec émotion et reconnaissance.

Jean-Luc Maxence

Le Magazine Rebelle(s) n°3 est disponible !

0
Couverture de Rebelles(s) Magazine n°3
Couverture de Rebelles(s) Magazine n°3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le sommaire

Sommaire de rebelles(s) Magazine n°3
Sommaire de rebelles(s) Magazine n°3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour vous abonner, c’est encore au format papier… suivez le lien !

Abonnement à Rebelle(s) Magazine

Edito n°2 – Où va le monde ?

0
© Photo : Pascal Yuan
© Photo : Pascal Yuan

« Où va le monde » ? ne cesse de se demander, jusqu’à son dernier souffle, Edgar Morin1, vieux chasseur opiniâtre d’idées rebattues. Mais, ajoute-t-il en substance, la question comme la réponse est d’une complexité telle qu’elle laisse entrevoir ce que pourrait être un certain nouvel humanisme qui se profile à l’horizon du futur tel un paradigme inédit à étudier.

« Qu’est devenu l’esprit d’entreprise ? » se demande de son côté le libéral Charles Beigbeder dénonçant « la démesure des libertaires » et lui préférant « la liberté des enracinés ». Le frère de l’écrivain remuant Frédéric Beigbeder invoque volontiers Chateaubriand, Tocqueville ou Montalembert. Nous relisons, sans état d’âme à REBELLE(S), Claude Henri de Rouvroy, comte de Saint Simon2, « socialiste utopique ».

De toutes façons, en 2017, pour la Présidentielle, il s’agira de choisir le moins pire des Grands Chefs blablateurs susceptibles de défendre les libertés publiques. Je veux dire par là la liberté de presse, de réunion, d’expression, et de religion. Quoi qu’il en coûte, il faudra lutter contre toutes les contraintes étatiques, chercher des alliés non obsédés par le Veau d’Or et les ventres satisfaits des gros banquiers de l’Europe « avidadollars » (pour reprendre une expression savoureuse de Salvador Dali !).

Après les infernaux carnages de Daesh, le 13 novembre 2015 à Paris, l’heure a probablement sonné de prendre ses distances vis-à-vis des idéologues lénifiants et d’écouter en soi-même l’appel impérieux des transcendances qui délivrent le corps, l’âme et l’esprit. Mais saurons-nous laisser toute sa part à cette spiritualité sans dogmes que revendiquait jadis ma vieille complice Marie-Madeleine Davy3 quand elle citait le philosophe Plotin: « Fuir seul vers le Seul »?

Dès la parution de son deuxième numéro, on peut tout craindre de REBELLE(S) même l’insurrection poétique puisque nous nous attaquons aux évidences sournoisement hostiles au libre arbitre. Nous prenons à revers tous les prudents d’avance et les sournois calculateurs de réflexes homéostatiques en posant des actes d’Espérance acharnée, dès ici et maintenant. Nous osons même affirmer parfois que le judéo-christianisme n’est pas encore tout à fait mort et peut réveiller la générosité fraternelle innée en chaque être humain Fidèles aux premières revues que nous avons fondées au siècle dernier (Présence et Regards, Ce Temps de lire, et les toujours actuels Cahiers du Sens), nous rêvons encore aujourd’hui de demeurer ce que le poète Rainer Maria Rilke nommait « la mauvaise conscience de son temps ». Dans ce sens, la soumission à la force barbare d’un début de siècle ne passera jamais la rampe dans nos têtes. Et nous n’ignorons pas que toute peur, chez nous, est un aveu d’échec.

Dans cette optique, nous tentons encore et encore de méditer l’Actualité avec les yeux perçants du journaliste libre qui tente de réfléchir et se moque absolument d’être repéré dans un camp politique ou dans l’autre. La nosologie est totalitaire et corrompue et étouffe toute responsabilité individuelle. Ceux qui cherchent à nous étiqueter se trompent systématiquement. Quoi qu’il advienne, notre compte est bon : nous ne ferons jamais plaisir à personne puisque nous ne flattons ni la chèvre prétentieuse ni les choux du pouvoir.

Pourtant, notre audace est de proposer en ce début d’année 2016 un DOSSIER intitulé « Liberté et sécurité, un couple infernal ». En ces temps d’élections prochaines en République Française, loin des discours éloquents et des slogans formatés, nous indiquons du doigt où se situent les plus grands périls d’étouffement et de censure, et de nouvelles oppressions. Nous dénonçons sans hésiter l’obscurantisme du terrorisme avec le fusil du stylographe d’antan ou le clavier de notre ordinateur dernier cri. Mais nous refusons de tomber dans une logique de guerre, de tirade en tirade, d’éloquence en éloquence, jusqu’à l’impuissance politique.

Avec ou sans Facebook, Google, Youtube et compagnie, n’hésitons pas à le crier : nous savons que la dénonciation de la barbarie de l’État islamique n’est l’apanage d’aucun camp bavard, même pas celui des tribuns vocalisant sur l’échiquier d’un parlement bavard et impuissant depuis si longtemps. Certaines vieilles barbes de 1968 avaient raison : le parlementarisme français est plus éloquent que véritablement utile. Et ce triste constat rend plus précieuses encore certaines plates-formes d’expression indépendante comme REBELLE(S), site y compris.

Avec dédain parfois, sans doute pour nous mettre assurément sur la touche, on nous traite de « poète » quand nous prétendons incarner « le meilleur de la réflexion décalée » sur notre société déclinante, aux relents apocalyptiques.

Pourtant, l’utopie de l’espérance nous soutient. Elle se métamorphose parfois en Réel sous notre plume vagabonde. Incorrigibles, nous jouons alors des mots et des rêves. Là où certains enfants écrivent déjà l’avenir sans le savoir. C’est bien dans cette cour de récréation symbolique, où se peaufine l’avenir de l’humanité civilisée, que nous nous débattons et que nous faisons tribune libre. Là se débattent notre honneur et notre orgueil et notre acharnement de vivre. Et notre façon de refuser jusqu’au bout le désastre annoncé. Et comme l’écrivaient fièrement certains de nos aïeux, nous n’attendons rien de personne et nous savons que nous ne sommes pas seuls.

Jean-Luc Maxence

1. Edgar Morin, Où va le monde ? (L’Herne, 2007)
2. Henri Saint-Simon, Oeuvres complètes, Introduction, notes et commentaires par Juliette Grange, Pierre Musso, Philippe Régnier et Frank Yonnet (P.U.F, 2012)
3. Marie-Madeleine Davy, L’homme intérieur et ses métamorphoses (Albin Michel, 2005)

REBELLES N°2, est arrivé dans votre kiosque

0
Couverture Rebelle(s) magazine n°2
Couverture Rebelle(s) magazine n°2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le sommaire

Sommaire de Rebelle(s) n°2
Sommaire de Rebelle(s) n°2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour vous abonner, c’est encore au format papier… suivez le lien !

Abonnement à Rebelle(s) Magazine

 

REBELLE(S) le bimestriel qui bouscule toute pensée immobile

0
Le loup noir de port Bara - uptaken.com
Le loup noir de port Bara – uptaken.com

Le bimestriel REBELLE(S), sur 48 pages privilégiant le texte, a le parti-pris de réfléchir l’Actualité tous les 60 jours pour 4€90 seulement ! Animée par une équipe de jeunes maudits (?) n’hésitant pas à manier des mots dits et encadrés de pages de publicité consacrées qui ne détournent jamais l’attention primordiale sur le monde en marche, REBELLE(S) est vraiment une publication « pas comme les autres ».

R.B.L dénonce les poncifs que la peur du futur engendre. Il explique et combat les horreurs du terrorisme et de tous ceux qui souhaitent le déclin, et même le chaos, de notre civilisation occidentale basée sur la devise universelle : « Liberté, égalité, fraternité ».

R.B.L ne retient jamais ses mots de mousquetaires des temps modernes. Il polémique sur les lâchetés des pouvoirs politiques en place. Il prône un réseau vertical luttant contre l’homéostasie générale. Il dénonce tout ce qui désenchante nos existences pour y greffer un désespoir nihiliste et chronique. Il prend position contre toutes les formes du racisme et du fascisme, et pour le choix libre d’une certaine solidarité humaine incarnée chaque jour.

R.B.L est contre toutes les formes de prise de drogues entrainant des addictions tragiques et destructrices. Il favorise toutes les initiatives collectives ou personnelles visant à l’amélioration du genre humain. Dans cet esprit, R.B.L dénonce, entre autres, la psychiatrisation des enfants, l’abrutissement de quelques médias avides de sensationnel au nom du lucratif, les discours et les gesticulations politiques inutiles. R.B.L leur préfère la permanence des idées qui font avancer les progrès du « transhumanisme » pour combattre la barbarie des tueurs.

R.B.L espère ainsi regrouper tous les amis et les amies de la liberté, de la solidarité et du civisme entre les terriens. Il rêve de devenir un symbole fort, faiseur insolite et original de synergies fraternelles et de fidélités pourfendant les replis identitaires. R.B.L est aussi, en définitive, toujours ouvert sur la diversité des spiritualités de grand large qui s’interrogent sur le sens du vivre.

Rebelles