Accueil Inclassable(s) La fin du monde, c’est quand ?

La fin du monde, c’est quand ?

La fin du monde, c’est aujourd’hui, ici et maintenant

76
0

Extrait du Rebelle(s) numéro 10, septembre/octobre 2017

L’idée même de fin du monde a toujours hanté les habitants de notre planète, depuis les temps les plus reculés de l’espèce humaine, semble-t-il. En ce début de vingt-et-unième siècle, les bientôt 10 milliards d’êtres humains (la fourmilière est prévue pour 2050 !) font figure d’ultimes habitants d’une immense Atlantide aux bords de l’anéantissement gigantesque. L’autodestruction du genre humain est comme programmée depuis de longue date. Les prophètes de malheur habitent chez nous. Rien ne va plus et la roulette du futur tourne à toute vitesse annonçant des catastrophes écologiques, des tremblements de terre et des famines, des glaciations maudites et des désertifications méritant le même adjectif ! Et les oiseaux de Satan tournent comme des charognes au-dessus de ce qui n’est, chantent-ils, que le châtiment divin et final de nos égoïsmes…

Et si la vraie « fin des haricots » de l’ère du Verseau était ailleurs ? Si la bonne date, toujours remise à demain, était aujourd’hui ? S’il importait peu que le terme annoncé du Verseau se situe « aux alentours de l’an 2000 » selon la formule tant de fois utilisée ! Si l’on devait finir par avouer que le cauchemar absolu, avec ses mythes, ses salauds et ses héros, habitait en nos âmes perdues dès notre naissance ? S’il fallait dépasser, voir oublier ici, les avis hallucinés d’Helena Blavatsky, la théosophe allumée, laquelle situait la fin du monde en 1911, d’Edgar Cayse, de Dane Rudhyar, de Carl Gustav Jung même, sans oublier les oracles noirs de Nostradamus ou des Adventistes du septième jour, ou encore les hippies de ma jeunesse qui célébraient, notamment dans Hair, l’ouverture, l’écoute, le rock’n’roll, la drogue, le « Faites l’amour, pas la guerre ! » et la culture psychédélique pour tous.

S’il fallait dépasser toutes les transes de l’Apocalypse et les signaux des soucoupes volantes (ovni) comme les menaces de collision des comètes pour comprendre quelque chose à cette Sainte Trouille gigantesque que nous interrogeons à R.B.L ? Si la fin du monde n’était, au fond, qu’une ancestrale névrose planétaire, ontologique de quelque manière ?

Et l’Apocalypse de Saint Jean ?

Bien sûr, il y a aussi les textes sacrés. En premier lieu la « révélation » (apocalypsis en grec) faite à Jean qui nous révèle le scénario de la fin du monde quand adviendront l’ouverture des tombeaux, la résurrection des morts et le Jugement dernier. Selon les dernières nouvelles des historiens, le texte de Jean aurait été écrit vers 96 après Jésus-Christ. Et si l’on en croit les traditions, et les textes sacrés, Jean aurait eut sa vision à Patmos.

En fait, les visions prophétiques de Jean complètent celles des prophètes Daniel et Ézéchiel de l’Ancien Testament. Et l’Apocalypse est le résultat d’une extase eschatologique de Jean qui entendit derrière lui une voix clamer, ainsi qu’une trompette : « Ta vision, écris-la dans un livre pour l’envoyer aux 7 Églises, à Éphèse, Smyrne, Pergame, Thyatire, Sardes, Philadelphie, et Laodicée » Ladite apocalypse commence par l’apparition de 7 candélabres d’or entourant comme un Fils d’homme, revêtu d’une longue robe serrée à la taille par une ceinture en or. Cet homme a des cheveux blancs, ses pieds sont « pareils à de l’airain précieux », sa voix fait songer au « mugissement des grandes eaux ». Dans sa main droite, il y a 7 étoiles, et de sa bouche sort une épée effilée à double tranchant, son visage est comme le soleil brillant de tout son éclat. Et Jean tombe aux pieds de ce tableau, comme mort, mais le personnage merveilleux lui dit : « Ne crains rien, c’est moi, le Premier et le Dernier, le Vivant ; j’ai été mort, et me voici vivant pour les siècles des siècles, détenant la clef de la Mort et de l’Hadès. ».

Plus avant dans le texte suivent des visions prophétiques qui constituent en somme les préliminaires du « grand jour » de Dieu, selon l’expression proposée par la première édition de la Bible oecuménique. Dieu remet à l’Agneau les destinées du monde, L’Agneau brise les sept sceaux. C’est l’annonce que les serviteurs de Dieu seront préservés, puis celle du triomphe des élus au ciel, puis un silence solennel suivant l’ouverture du septième sceau, puis les prières des Saints hâtant l’avènement du Grand Jour. Tout tremble, à grands coups de tonnerre, de voix et d’éclairs. Les 7 Anges aux 7 trompettes sonnent… La première entraîne la consumation d’un tiers de la terre, la deuxième annonce qu’un tiers de la mer devient du sang, la troisième se fait entendre quand tombe du ciel un « grand astre », tel un globe de feu. Au son de la quatrième, le jour perd le tiers de sa clarté, et la nuit de même. Et les visions de Jean s’enchaînent aux sons des dernières trompettes des Anges : à la cinquième un astre tombe sur la terre, provoquant une immense fournaise, à la sixième apparaissent 200 millions de cavaliers effrayants, et menaçants. C’est le signe de l’imminence du châtiment final. Et le son de la septième trompette est semblable au rugissement final du lion quand est consommé le Mystère de Dieu. Toute une cavalcade d’épisodes se suivent et s’entremêlent.

Jean, par exemple, prend « le petit livre ouvert dans la main de l’Ange », et il l’avale. Dans sa bouche, il y a la douceur du miel, mais quand il a mangé l’Apocalypse, ses entrailles sont brûlantes d’amertume. Durant la séquence annoncée par la septième trompette, vingt-quatre vieillards vêtus de robes blanches, assis devant Dieu, se prosternent. On note aussi la vision de la Femme enceinte aux douze étoiles couronnant sa tête et du Dragon à sept têtes et dix cornes qui la combat et veut dévorer son enfant aussitôt né. Mais la Femme met au monde un enfant mâle qui « doit mener toutes les nations avec un sceptre de fer » (sic). Une certitude : le courroux divin règne pêle-mêle dans l’apocalypse de Jean. Notamment, quand le Dragon transmet son pouvoir à la Bête et que le faux prophète se met au service de ce dernier. Et la Bête a son chiffre symbolique à jamais : c’est le fameux 666 qui fait trembler aujourd’hui encore…

D’un cauchemar à l’autre

Et tout cela s’élargit en une succession de fléaux descendant sur la Terre (cataclysmes, bêtes monstrueuses et faux prophètes), Le tableau géant est vraiment cauchemardesque même si le Verbe de dieu finit par vaincre. Jean ne cesse de nous le faire comprendre : « le temps est proche ».

Avant de châtier Babylone pour l’éternité, Dieu va envoyer chez les impies des séries de fléaux dignes des antiques plaies d’Égypte. Voilà bel et bien l’annonce des temps messianiques, le châtiment de Babylone et celui de Rome sont imminents. La Prostituée est en larmes, l’extermination des nations païennes s’accomplit, les armées du Ciel triomphent. Jean voit un Ange descendre des nuées, tenant à la main la clef de l’Abîme, ainsi qu’une énorme chaîne. Et l’Ange du ciel maîtrise le Dragon, l’antique Serpent qui symbolise Satan, et l’enchaîne pour mille années… Après ce répit, Satan, relâché de sa geôle, s’en va séduire les nations des quatre coins de la planète (Gog et Magog). Le second combat eschatologique est livré et Satan, le séducteur diabolique, jeté dans un étang de soufre embrasé, y retrouvant la Bête et le faux prophète, « et leur supplice durera jour et nuit, pour les siècles des siècles ». Le temps est accompli du Jugement des Nations, triomphe la Jérusalem future, « un ciel nouveau, une terre nouvelle » s’impose. La Jérusalem messianique est victorieuse et préfigure la Jérusalem céleste et l’épilogue de l’Apocalypse de Jean : « Moi, Jésus, j’ai envoyé mon Ange publier ses révélations concernant les Églises. Je suis le rejeton de la race de David, l’Étoile radieuse du matin ».

Quoi qu’il en soit, l’homme de désir reçoit l’eau de la vie, gratuitement. En vérité, l’Apocalypse de Jean affirme que le retour du Seigneur est proche, pour les siècles des siècles, Dans un style hautement symbolique, elle récapitule l’état des lieux, évoque la confrontation éternelle qui oppose avec une violence inouïe Satan et les puissances ténébreuses du monde et le peuple de Dieu. Elle ne cesse de nous rappeler, au-delà des tribulations décrites, que le vaste combat entre Ombre et Lumière doit ne jamais nous faire oublier l’espérance de la Jérusalem céleste. Dans cet esprit, l’Apocalypse de Jean est à lire, à relire, de bout en bout. Elle est toujours connectée au présent, à l’ici et au maintenant de l’aujourd’hui de l’humanité.

Jean n’est pas le seul

Mais Jean n’est pas le seul à bénéficier de révélations. Le chapitre treize de l’Évangile selon Marc décrit une autre sorte d’apocalypse menaçante qui nous annonce « des guerres et des bruits de guerre » et nous évoque des soulèvements dramatiques de nation contre nation. Elle nous précipite dans « l’abomination de la désolation établie là où elle ne doit pas l’être » et le tout à l’avenant ! Et si l’on est en mal de tremblements de terre et d’horreurs à proclamer ou à amalgamer, on peut aussi se plonger sans discernement dans les apocalypses gnostiques, relire la Pistis Sophia, se perdre dans l’Apocalypse de Pierre ou dans les livres d’Énoch, apprendre par coeur les « écrits apocryphes chrétiens » publiés récemment par « La Pléiade »… Dès lors, on le devine, on le pressent : la fin du monde, c’est peut-être de tout temps. Elle n’a pas besoin de montres à solliciter. Alors, tout bascule. Et il suffit d’analyser un peu notre bel aujourd’hui pour tout comprendre. L’Apocalypse est un mouvement perpétuel, à géométrie variable. C’est la raison pour laquelle nous devons changer notre manière de la voir afin de l’analyser. Changer de lunettes pour en parler ?

Jean-Luc Maxence

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here