Accueil Philosophie(s) Éric Roux, un ministre du culte s’explique

Éric Roux, un ministre du culte s’explique

Un Scientologue Dit Tout !

324
0

Interview exclusive extraite du Rebelle(s) numéro 4 « Debout les nouvelles religions ! » Mai-Juin 2016

MLB : Bonjour Éric, peux-tu te présenter brièvement pour nos lecteurs stp ? 

ER : Bonjour Michael, brièvement… Je suis un homme sympathique, qui gagne à être connu. Et sinon je suis le Président de l’Union des Églises de Scientologie de France, moi-même ministre du Culte de l’Église de Scientologie et appartenant à son clergé depuis presque 25 ans.

MLB : Je t’interroge aujourd’hui au sujet de ton appartenance à l’église de Scientologie. Si j’ose exprimer en une phrase le judaïsme : Écoute Israël (le peuple), Celui qui n’a pas de Nom est pour Tous, Celui qui n’a pas de Nom est UN…. Et que j’ose encore exprimer le Christianisme en citant Jésus : « Aimez-vous les uns les autres ! », pourrais-tu nous exprimer, à ton tour et en quelques phrases, le principe fondamental qui anime et célèbre votre religion ?

ER : Il serait très difficile et présomptueux de vouloir résumer une philosophie religieuse développée dans des centaines de milliers de pages en une ou deux phrases. Mais je peux te citer le fondateur de la Scientologie, qui en 1964 disait : « La Scientologie contient les réponses concernant la vie et la mort, et elle est fière d’apporter exactement ce qu’elle promet à tous ceux qui désirent suivre cette voie correctement » et en 1965 : « Existe-t-il des états plus élevés et plus heureux ? Ceux-ci sont tout l’horizon de la scientologie et ce qu’elle a réalisé. Nous ne cherchons pas à faire du fou un être sain d’esprit. Nous cherchons à faire d’un homme un être plus noble. (…) Dès que l’on a commencé à monter, on n’a plus envie d’arrêter. Le parfum de la liberté et son indiscutable réalité, après tout ce temps, sont trop forts. » La Scientologie est une voie vers la liberté personnelle et spirituelle, et cette liberté est divine, et mène à la compréhension bienveillante, de soi, de l’autre, et de l’univers qui nous entoure.

MLB : Qui ou qu’est ce qui t’a « séduit », intéressé, dans cette religion ?

ER : Son côté « pratique », le fait qu’elle contient des techniques simples, claires et efficaces pour progresser sur cette voie, et qu’elle peut être utilisée pour améliorer sa vie et la vie de ceux qui comptent pour nous.

MLB : Qui est LRH ?

ER : Un homme ; un philosophe, et pour moi c’est un génie, qui a dédié sa vie à apporter à l’homme une religion qui peut l’aider à retrouver ses aptitudes, sa liberté et sa bonté fondamentale.

MLB : En ce sens, peut-il et doit-il être considéré comme un prophète ?

ER : Tu fais comme tu veux Michaël J. Certains l’ont fait, comme le Professeur Laburthe-Tolra, professeur émérite et doyen à la Sorbonne. Mais LRH n’a jamais prétendu en être un.

MLB : La Scientologie s’oppose-t-elle, d’une façon ou d’une autre, aux préceptes et aux valeurs des autres religions monothéistes ?

ER : En aucune manière. Bien sûr, cela pourrait être discuté point par point et valeur par valeur. Mais je ne vois aucune opposition de valeurs entre la scientologie et les religions monothéistes.

MLB : En quoi la Scientologie peut-elle être considérée comme nouvelle religion en comparaison à ses prédécesseurs ?

ER : La Scientologie est une religion qui, bien qu’elle ait des accointances avec les religions orientales, se suffit à elle-même et ne « descend » pas d’une autre religion. Elle n’est pas un « courant » d’une foi antérieure. Après, à chacun de répondre à cette question, mais personnellement je pourrais y répondre si tu as trois jours à passer avec moi…

MLB : Qu’apporte-t-elle de plus à celui qui la vit et la pratique, que ce que proposent déjà l’Islam, le Bouddhisme, le Judaïsme… pratiqués avec justesse ? 

ER : Une technologie. Elle possède un vaste ensemble de connaissances pratiques qui permettent de réellement comprendre l’homme, l’esprit et le monde avec justesse, et de répondre aux préoccupations des hommes et des femmes avec des outils simples et efficaces qui permettent de changer ta vie. Elle est d’après moi une science religieuse, avec le mot science utilisé dans son acception « ensemble, système de connaissances sur une matière ». Et ici, la matière, c’est la vie.

MLB : La Scientologie expose dans ses principes fondamentaux, que la vie fait l’objet d’impulsions que vous appelez dynamiques. Elles seraient au nombre de 7, plutôt de 8 pour être exact et c’est sur ce point que j’attire ton attention. Comme des cercles concentriques, autant de différentes dimensions, l’homme vit, survit et avance pour les dépasser et rejoindre le 8, celui de l’infini et de l’Être Suprême. Vous l’appelez aussi la dynamique de Dieu, or tu me disais que très peu d’écrits existent à ce sujet (Dieu/Être Suprême). Est-ce une volonté de LRH qui n’aurait pas pu et voulu écrire sur l’Impénétrable, l’Incommensurable, l’Indéfinissable Être Suprême ?

ER : La vision de LRH était surtout qu’il appartient à chacun de découvrir Dieu par lui-même. Et que le meilleur moyen pour renouer avec sa propre nature divine était de soi-même progresser spirituellement jusqu’au point où la compréhension qu’on a de la vie englobe celle de Dieu.

MLB : Le numéro 3 de RBL étant hors circuit, et la foire aux cons étant terminée, peux-tu nous dire de quel point de vue doit-on se placer pour accuser la Scientologie de dérives sectaires ?

ER : Je ne sais pas ce qu’est une dérive sectaire. Le mot « secte » est employé pour jeter l’opprobre sur des mouvements dont certains aimeraient se débarrasser. Ce n’est ni nouveau, ni intelligent. La Scientologie est une religion jeune et enthousiaste. Et pourtant il y a certainement beaucoup moins de dérives en Scientologie qu’il y en a dans les partis politiques, dans les banques, dans les entreprises ou dans des religions plus anciennes. Quoi qu’il en soit, si des erreurs sont commises en Scientologie, nous travaillons toujours très dur pour y remédier. Mais dans l’ensemble je suis très fier de notre enthousiasme et de l’honnêteté générale qui règne dans les Églises de Scientologie.

MLB : Quelle est l’opinion de la Scientologie sur les autres religions ?

ER : Un grand respect. Nous sommes très attachés à la liberté de croyance et de religion. La religion touche ce que l’homme a de plus précieux : son esprit, sa relation avec une ou des forces supérieures, son espoir de liberté spirituelle. Quelle qu’elle soit, elle doit être respectée et le droit de chacun à croire et pratiquer ce qu’il veut doit être défendu.

MLB : Comme tu le sais, il est malheureusement plus facile de lire des informations diffamatoires au sujet de votre religion que le contraire. Sans vouloir les relayer, que peux-tu nous dire au sujet des « punitions » infligées à ceux qui désobéissent ou qui cumulent des erreurs de parcours. Est-ce une réalité, ou bien encore du caviar avarié pour paparazzi en quête de gros billets ? 

ER : Tu as répondu toi-même à la question. Il y a certes, comme dans toutes les religions, une discipline nécessaire. Et dans les ordres religieux de la scientologie, ceux qui ne peuvent suivre cette discipline auront du mal… Une très faible minorité d’entre eux quittent ces ordres religieux et une minorité encore plus faible en gardent un souvenir amer. Ce sont ceux que les journalistes aiment entendre. En ce qui me concerne, appartenir au clergé de la Scientologie et tenter d’incarner ses valeurs, même et surtout en respectant nos codes de discipline, a toujours été source de bonheur et de fierté. Mais la Scientologie reste un mouvement de liberté, et la discipline n’est là que pour permettre une meilleure entente, un meilleur service pour l’humanité.

Interview de Michaël Lévy-Bencheton

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here