Accueil Art(s) Fumer ou vivre : interview d’Arthur Choisnet

Fumer ou vivre : interview d’Arthur Choisnet

Arthur Choisnet interviewé par Eric Roux - avril 2017

417
0
Arthur Choisnet

Rebelle(s) : Tu as co-écrit avec ton pote Ylane le court métrage plusieurs fois primé « Première fois », sur le sujet de la drogue. D’où vous est venue cette idée de faire un film sur ce thème et pourquoi ?

Arthur Choisnet : Avant tout, nous souhaitions changer de registre. Nous sommes plutôt issus de la comédie, alors écrire et réaliser un drame relevait un peu du défi pour nous. Mais ça nous a beaucoup plu de nous prêter au jeu. Nous sommes très fiers de notre film : après avoir reçu plusieurs prix dans différents festivals, nous l’avons mis sur internet, et là, plus de 90 000 vues en une semaine et il a été partagé des milliers de fois.
Mais pour répondre à la question, nous souhaitions véhiculer un message à travers une forme d’art. Nous aurions pu écrire une chanson pour traiter ce sujet, mais étant cinéastes, l’idée pour nous d’en faire un film était logique. Pour ceux qui n’ont pas vu le film, nous abordons le sujet d’une drogue dure, l’héroïne.
J’ai rencontré plusieurs personnes qui soit en ont déjà pris, soit connaissent des gens de leur entourage ou de leur famille qui en ont déjà pris, et la fin de chaque histoire n’est jamais très heureuse. Ça nous a conforté dans l’idée de faire ce film. On savait que ça allait parler à beaucoup de gens.

Et le cannabis, tu ne penses pas que c’est plutôt cool, pour un artiste, d’en fumer ?

À vrai dire, je n’ai jamais compris pourquoi on associait le cannabis aux artistes. C’est une drogue très répandue dans le milieu artistique, certes, mais je ne pense pas qu’un artiste fume plus qu’un employé de bureau. Personnellement, j’ai beaucoup d’amis artistes qui ne fument pas. Et ce sont d’ailleurs des gens très talentueux. Alors peut-être qu’on fait moins de bruit. On sait bien qu’un arbre qui tombe fait beaucoup plus de bruit qu’une forêt qui pousse. Donc pour répondre à votre question, non, je ne penses pas que ce soit « cool » de fumer du cannabis. J’aime l’idée d’être authentique, de vivre au temps présent, de ne pas être influencé par une substance qui agit sur mon comportement et mes émotions.

3. Revenons-en à toi, Arthur. Peux-tu nous raconter un peu ton parcours de comédien ?

J’ai commencé le théâtre en 1999. J’avais 7 ans à l’époque. Je faisais ça en tant que simple activité extra-scolaire. Je trouvais ça tellement génial ! Quand on a fait un spectacle devant une centaine de personnes, j’ai pris un tel pied à jouer et à faire rire les gens, que j’ai su que ça me suivrait pendant encore longtemps. J’ai donc fait du théâtre pendant 6 ans, puis j’ai arrêté plusieurs années. Je suis revenu à Paris, et je n’y trouvais pas de cours très intéressant. J’ai donc un peu laissé ça de côté. Puis un ami m’a proposé de jouer dans son premier court métrage. Il me proposait le premier rôle parce qu’il cherchait quelqu’un qui fasse du Parkour (Yamakasi, David Belle, banlieue 13…etc). Comme je pratiquais ce sport depuis plusieurs années déjà, c’était une superbe occasion pour moi de remettre le pied à l’étrier. Alors j’ai tourné ce film, ce qui m’a valu de rencontrer mon premier agent, et de réellement démarrer ma carrière de comédien. A aujourd’hui j’ai tourné pour Éric Tolédano et Olivier Nakache (Intouchables, Samba…), Jean-Pierre Jeunet (Amélie Poulain…), Joann Sfar, Diastème, Samuel Benchetrit…
C’est évidemment un travail de tous les jours et j’en veux toujours plus, mais je suis déjà très content du chemin parcouru.

Bon, comme le sujet de ce numéro, c’est le joint, j’insiste un peu : qu’est-ce que tu dirais à ceux qui pensent que fumer développe le sens artistique ?

Et bien, je ne me suis jamais permis de faire la morale à mes potes qui fument. Je leur donne simplement mon point de vue et ils en font ce qu’ils veulent. L’un de mes potes m’a confié qu’il était tout le temps fatigué. Il devenait un peu parano sur le regard que les gens portaient sur lui. Il était de plus en plus mal dans sa peau, il a même trompé sa copine alors qu’il avait toujours été fidèle jusque là, bref, de son point de vue il était en train de déconner. Je lui ai simplement conseillé de faire un test : arrêter de fumer pendant un mois, et remarquer le changement. On s’est eu au téléphone quelques semaines plus tard. Il avait changé du tout au tout. Il avait la banane, il réussissait ce qu’il entreprenait et surtout, il était vraiment en forme.

Le problème que j’ai observé chez les gens qui fument, c’est qu’ils vont avoir l’air détendu, zen, posé pendant quelques temps, puis tout d’un coup avoir une saute d’humeur, un truc qui les fait chier. Mais d’un coup. Assez brutalement. Et même eux ne se l’expliquent pas vraiment.
Personnellement je sais que je vis pleinement mes émotions et j’en suis conscient.

Bon, mais toi t’es un sportif, tu fais des sauts périlleux, du parkour, des arts martiaux, c’est peut être pour ça que tu ne fumes pas. Mais les musiciens, tu ne crois pas que ça peut les rendre plus créatifs ?

Raison de moins ! Si à la rigueur tu es sportif, tu peux toujours aller transpirer un bon coup pour éliminer un minimum de toxines. Mais si t’es ramolo du bulbe, je trouve ça dommage d’ingurgiter une substance qui, on le sait (et les fumeurs aussi), tue le corps à petit feu. Fondamentalement, si tu as besoin de prendre des drogues (peu importe laquelle d’ailleurs), c’est qu’il y a un vrai souci à la base. Le fameux pote dont je parlais tout à l’heure a commencé à fumer quand son père s’est barré du jour au lendemain de la maison. Ce que je veux dire c’est qu’on ne décide pas de détruire son corps par pur plaisir. Si tu cherches vraiment des sensations de plénitude ou aériennes, va à la fête foraine. Sensation garantie ! Blague à part, j’estime que la créativité et l’inspiration ça se travaille. Et c’est d’ailleurs d’autant plus gratifiant de réussir une oeuvre qu’on sait le travail que cela a nécessité. Avoir conscience des barrières qu’on a dû franchir. C’est mon point de vue.

Et autour de toi, est-ce que tu vois beaucoup d’artistes qui fument des joints, ou qui prennent d’autres drogues ?

Il y a de tout autour de moi. Il y a des gars qui se roulent cinq bedos par jours et qui tournent au ralenti, il y a ceux qui se font le petit bedo du soir, ceux qui ne fument qu’en soirée, et les autres : ceux qui ne fument pas. Et je ne jette pas la pierre aux fumeurs, loin de là. Mais je leur souhaite simplement de s’intéresser pleinement au sujet comme j’ai pu le faire. Au delà de l’aspect sensation physique et ressenti émotionnel, il y a des effets très négatifs qui surgissent et qui sont incontrôlables.

OK. C’est quoi tes projets pour l’année à venir ?

Je suis en train de créer avec mon pote et co-réal une chaîne youtube qui s’appelle « Les Évadés ». On y poste des vidéos humoristiques, des petits sketchs pour se faire marrer et essayer de faire marrer les gens. Au delà de ça, je tourne régulièrement dans Scènes de Ménages. Je suis l’un des stagiaires de Marion (Audrey Lamy). Dans l’année (je n’ai pas de date précise) sortira Meurtre dans les Landes, un téléfilm pour France 3, dans lequel j’ai joué récemment. Pas mal de projets sont en attente et je ne peux donc rien avancer tout de suite. C’est un métier qui se vit un peu au jour le jour. C’est assez stimulant je dois dire.

Interview par Eric Roux

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here