Accueil Littéraire(s) Via Appia, emprunter la plus ancienne route d’Italie

Via Appia, emprunter la plus ancienne route d’Italie

Via Appia, par Jacques de Saint Victor - Editions Equateurs, 313 pages, 21 euros

189
0
PARTAGER SUR
Via Appia, par Jacques de Saint Victor

A une époque où l’avion permet d’aller d’un lieu à un autre en quelques heures et où l’automobile est – souvent à juste titre – l’objet de tous les opprobres, le voyage en voiture a perdu de son attrait. Ce ne fut pas le cas chez les écrivains qui, d’Octave MIRBEAU à Paul MORAND, en passant par Jack KEROUAC et Nicolas BOUVIER, ont nourri leur œuvre de leurs chevauchées motorisées à travers l’Europe, l’Amérique ou l’Asie. Jacques de SAINT VICTOR réhabilite ce moyen de transport, ou plus exactement son potentiel littéraire, en nous promenant sur la route mythique qui relie la mer Tyrrhénienne aux mers Ionienne et Adriatique. La « Via Appia », la plus ancienne des routes de l’Occident, relie en quelques 500 km Rome à Brindisi, aux confins des Pouilles. Cette route est non seulement le témoignage des capacités des Romains à construire de splendides ouvrages, mais également, comme l’a dit Hannah ARENDT dans « Condition de l’homme moderne », le symbole du « triomphe de la vie publique », en ce qu’elle a été conçue comme route ouverte à tous, à l’inverse des voies construites par les Égyptiens, strictement privées, réservées au pharaon et à ses armées. A bord d’une vieille Fiat, parfois laissée au repos pour gambader dans certains sites, l’auteur nous fait tout à la fois partager ses perceptions de l’itinéraire d’aujourd’hui – odeurs de la nature, saveurs de la cuisine locale, refrains de la chanson populaire – ses connaissances historiques de cette route dont subsistent quelques pavés d’époque, et ses références culturelles aux voyages. Grand spécialiste des mafias, il nous décrit également les violences qu’elles exercent actuellement sur la nature et la population de certaines régions traversées et l’abandon d’une sagesse et d’un savoir-vivre qui ont mal résisté aux allées et venues des populations. Même ceux qui croient connaître l’Italie découvriront beaucoup à la lecture de ces pages qui montrent que le voyage en voiture reste un moyen privilégié de rencontre, de découverte et de compréhension du monde.

Par Patrick Boccard

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here