L’incendie de la maison de George Orwell

L’incendie de la maison de George Orwell

565
0
PARTAGER SUR

Andrew Ervin

Quand j’ai achevé la lecture de « 1984 », j’ai tout de suite compris que rien ne serait jamais plus comme avant. Au sortir de l’adolescence, ce roman si contemporain m’a ouvert les yeux sur tout un pan du monde matériel et des idées, qui avait jusque là échappé à mon regard.

Ray Welter, personnage principal du roman d’Andrew Ervin, a lui aussi vu sa vie changer après avoir lu « 1984 » de George Orwell. Après la lecture de ce chef d’œuvre de la littérature du XXe siècle, il décide de devenir publicitaire et tente d’appliquer avec une curiosité presque innocente les principes de manipulation des masses  utilisés dans le monde totalitaire de Big Brother.

Le succès est tel que, si sa situation matérielle est révolutionnée, son équilibre intérieur s’effondre. Il décide alors de tout quitter pour rallier l’île de Jura à quelques encablures des côtes écossaises et de s’établir, pour un temps, dans la maison où George Orwell a écrit « 1984 » comme si ce lieu recelait les réponses à son mal être.

La fuite est au cœur de cette histoire, fuir la modernité pour retrouver un mode de vie ancestral, fuir la culpabilité pour un lieu vierge de tout péché, fuir la famille pour devenir qui on est. Dans la quête du sens de son existence, Ray Welter côtoiera sur cette île presque coupée du monde des personnages rudes, parfois attachants, tiraillés entre la préservation de leur tradition et l’acceptation de l’influence du monde extérieur.

En aidant Molly une jeune artiste  provocatrice piégée à Jura, il tentera avec force whisky de se purger de ses fautes et de son obsession pour « 1984 », qui pèse d’un poids trop lourd sur son existence.

« L’incendie de la maison de George Orwell » est un bon roman, qui donne à réfléchir sur nos choix de vie et les conséquences de nos actes. À lire également si vous êtes intrigués par la vie en vase clos, sur l’île ancestrale de Jura…

Fanny Durousseau

L’incendie de la maison de George Orwell, d’Andrew Ervin (Éditions Joëlle Losfeld, janvier 2016) 22€

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE