Condor Live : le spectacle

Condor Live : le spectacle

444
0
PARTAGER SUR
Caryl Férey - © Photo Alice Varenne
Caryl Férey – © Photo Alice Varenne

Un spectacle se doit de nous transporter dans un ailleurs, dans un autre espace temps. Le temps de la représentation, le spectateur doit pouvoir oublier ses soucis ; de travail, de logement, d’un lendemain qui déchante…

Il doit aussi, le temps d’une soirée, pouvoir réfléchir, ouvrir des portes sur le monde, grâce à ce qu’il verra sur la scène. Et ressentir des émotions, passer un moment unique, souvent un « one shot » sans bis repetita précis.

Rien de moins que cela.

Ils sont peu, les spectacles qui permettent cette dérive, ce voyage. Cette intemporalité.

Souvent, il manque cette dimension artistique aux tentatives de révolution.

Caryl Férey aime le voyage, l’intemporalité et cette dérive. Il a écrit Condor, un beau livre noir ( oui, un livre peut être beau et sombre ) avec pour toile de fond le Chili et ses démons : Pinochet, puis son héritage politique.

La narration est également centrée sur l’histoire d’amour entre Gabriela, jeune femme habitée par la mystique de son peuple, et Esteban, issu d’une famille riche, qui porte comme un fardeau le fait d’être issu certes d’une famille aisée, mais controversée.

L’adaptation musicale à laquelle « Rebelle(s) » a pu assister porte sur un roman dans le roman, un moyen pour l’auteur de faire revivre au travers de la littérature deux victimes de la dictature qui avaient touché son âme.

Que dire alors de l’interprétation de Bertrand Cantat, à la lecture et au chant ? Accompagné par deux formidables musiciens, Manusound, et Marc Sens à la guitare, l’ex chanteur du groupe Noir Désir nous livre ici une prestation électrique, semblant totalement possédé par le texte, à la limite du chamanisme, entrant dans une transe communicative. Rien ne compte plus que la scène, et ce qu’il s’y passe. Ce ne sont que sensations. Perceptions. Le chant utilisé ici comme courroie de transmission, vecteur d’émotions.

On ne ressort pas de ce spectacle indemne, et cette représentation à la Maison de la Poésie de Paris est appelée à se répéter, ici ou ailleurs, dans les mois à venir.

 

            Christophe Diard et Fanny Durousseau

 

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE