Les Garçons manqués, par Nicolas Rey et Mathieu Saïkaly

Les Garçons manqués, par Nicolas Rey et Mathieu Saïkaly

1253
0
PARTAGER SUR
© D.R
© D.R

Tout a commencé voici un an et demi, un peu plus. Nicolas Rey devait choisir un chanteur, guitariste, qui soit suffisamment talentueux pour s’adapter, en quelques jours, à la contrainte d’une émission de radio diffusée en pleine nuit, sur France Inter.

Mathieu Saïkaly, jeune homme de vingt deux ans, venait de gagner l’émission de télé crochet bien connue « la Nouvelle Star. » Son aura, comme sa voix, avaient ébloui tous les spectateurs. À mi-chemin entre poésie et ballades, inspiré par Elliot Smith ( son héros ), ses prestations n’étaient pas passées inaperçues. Imposant des morceaux parfois pointus au programme, il ne savait pas, alors, que la sœur et le fils de Nicolas Rey le suivaient avec attention, et qu’il les faisait vibrer.

Sa prestation aux côtés de l’auteur dans l’émission de radio fut impressionnante. À tel point que Nicolas Rey, par le truchement de François Morel, eut l’idée de créer un spectacle musical et littéraire autour de textes qu’il aimait particulièrement, et sur lesquels Mathieu Saïkaly rebondirait par des chansons en rapport avec sa lecture.

Ainsi, comme une évidence, les deux désormais compères se lancèrent dans cette aventure, répétant leurs enchaînements, travaillant très sérieusement, avant de trouver en Olivier Chaudenson, directeur de la Maison de la Poésie, celui qui pourrait les accueillir.

Et depuis plusieurs mois, toutes les semaines ou presque, on peut assister à ce magnifique spectacle, à part, bien rôdé, dans lequel les lectures superbement interprétées, d’extraits de textes de Bukowski, Wilde, Céline, Robert Mac Liam Wilson, David Thomas, ou de Nicolas Rey lui-même, s’effectuent en alternance avec des morceaux divers et variés délivrés par Mathieu Saïkaly ( Renaud, les Stones, Johnny Cash, Elliott Smith… et bien d’autres. )

Le spectacle a été joué dans d’autres enceintes, comme à l’Européen, mais l’ambiance est parfaite dans la petite salle de la Maison de la Poésie, créant une intimité unique avec les spectateurs. Nicolas Rey, en maître de cérémonie et lecteur, n’hésite pas à s’amuser un peu avec le public, avec finesse et délectation. C’est un sacré personnage.

On passe un moment charmant, fin, audacieux, les textes choisis sont finement ciselés, traitent souvent de l’intime, de l’enfance, de la carrière, de sexe ou du rapport homme/femme, et en parallèle, les chansons décalées choisies par Mathieu Saïkaly nous embarquent dans son univers. À deux, ils nous transmettent un paquet d’émotions. C’est un très beau spectacle, unique, que nous vous engageons vivement à aller voir.

D’autant qu’une suite semble en préparation…

 

Christophe Diard

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE